Un auguriu per u 2014…Un vœu pour 2014…

Una bella stonda ch’un n’aghju scrittu in lingua corsa. Cume so lettu da ghjente ch’un ammaestranu micca sta lingua, aghju da mette a traduzzione di st’articulettu in francese. E per l’annu chi cumincia, vuleria sprimà un auguriu chi m’è caru.
St’auguriu e di vede, tantu e tantu ghjente amparà u corsu o trovene torna u gustu.
Ci è a pocu pressu 6000 lingue per stu vastu mondu .
L’UNESCO cunsidereghja chi a midità di queste periculeghjenu, chi una lingua smarisce a pocu pressu tutte e duie settimane e chi, si omu face nulla, 90 per centu anu da esse squassate mentre u seculu chi vene.
Perse per sempre, incu i so tesori linguistichi, legende, miti, puesie e a memoria di i populi.
A lingua corse figura in questa lista.
Vi possu dispiace, ma un mi pare micca chi u prublemu sia u francese. St’idioma dino screce. U problemu, quant’a mè, è chi campemu in un mondu chi cerca sempre u prufittu e chi disprezza cio chi un li ghjove micca subitu. A lingua di l’affari è l’inglese e solu contanu l’affari.
So natu in cuntinente e ci so sempre statu. Eppuru parlu e scrivu u corsu. A raggio è simplice. I mo parenti u parlavanu, di una manera naturale e aghju amparatu senza pinsacci.
E in casa chi si po vince stu scumbattimmentu linguisticu. Cio chi aghju vistu di piu pertinente, è un vechju affissu induve si vedia un zitellu chi dumandava a a so mamma « Ô Ma, parlami corsu ! »
Ogni volta chi mi ne rientru in Corsica, m’avvedu chi a lingua si ne more. Possu ragiunà incu i vechji, i parenti ma scarsi so i ghjovani chi s’interesanu. Pinsaranu anch’elli ch’un li ghjove subitu. E cusi chi a pinsata unica supraneghja pianu pianu, puntata da e so prossime vittime.
Si vo capite u corsu, u pudete parlà ! Un n’appiate ne vergogna ne paura.
Si u vulete amparà, lampatevi !

Il y a un bon moment que je n’ai pas écrit en langue corse. Comme je suis lu par des gens qui ne maîtrisent pas cette langue, je vais mettre la traduction de ce billet en français. En ce début d’année, je voudrais exprimer un vœu qui m’est cher.
Ce vœu d’est de voir de plus en plus de gens apprendre le corse ou en retrouver le goût.
Il y a à peu près 6000 langues dans ce vaste monde.
L’Unesco  considère que la moitié de ces langues sont en danger de disparition, qu’une langue disparaît en moyenne toutes les deux semaines et que si rien n’est fait, 90% vont être effacées au cours du siècle.
Perdues à jamais avec leurs trésors linguistiques, légendes, mythes, poésies et la mémoire des peuples.
La langue corse figure dans cette liste.
Au risque de déplaire, je ne crois pas que le problème soit le français. Cette langue perd également du terrain. Le problème, selon moi, c’est que nous vivons dans un monde en recherche perpétuelle de profit et qui méprise ce qui ne lui est pas immédiatement utile. La langue des affaires, c’est l’anglais et seules les affaires comptent.
Je suis né sur le continent et j’y ai toujours vécu. Pourtant, je parle et écris le corse. La raison est simple. Mes parents le parlaient de façon naturelle et je l’ai appris sans m’en rendre compte.
C’est à la maison que le combat linguistique se gagne. Ce que j’ai vu de plus juste à ce propos, c’est une vieille affiche ou un gamin dit à sa mère « Maman, parle moi corse ! ».
A chacun de mes voyages en Corse, je m’aperçois que la langue perd du terrain. Je discute avec les grands-parents ou les parents mais rares sont les jeunes qui s’intéressent. Ils pensent eux aussi que ce n’est pas immédiatement utile. C’est comme ça que la pensée unique avance poussée par ses prochaines victimes.
Si vous comprenez le corse, vous pouvez le parler. N’ayez ni honte, ni peur.
Si vous voulez l’apprendre, allez-y.

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.