Lien

Ces textes ont été initialement publiés dans l’excellent site http://www.la-rando.com/

Capicursura Auturnu in Corsica, mi piace assai. Pare chi dopu tempi di calmana e invasione estivu, a terra trovi torna u riposu e si rifiati. U mo paese è pienu d’una musichella chi ava supraneghja. Quella di a funtana nantu a a piazza et dino quella di u vergalu chi ava chi è piossu, corre torna. Ognitantu, una fucilata, u rimore indè a machja di quelli lignaghjoli chi arruchjanu, u legnu chi omu accatasta vicinu a a casa e, e prime ceppate sciuppintendu. U frescu si ne falla a sera da e muntagne e ben chi e ghjurnate sianu sempre splendide, omu a sente chi si ne fughje a stagio. Ci vole a esse un cerbellu ottusu per lagnà l’istate e a so viulenza. Culori bruttale, sciappittana, rimore di a ghjente. Quelli chi so omi dilicati, di a sterpa chi li ghjove quelle stondette miraculose rigalate da a natura, quessi si sceglieranu l’auturnu quante omu sceglie una dona bella e discreta in vece di un ‘altra, forse piu splendida ma vidicula.  T’arrizzi a mane, so appannati i vetri, e bevi u to caffè arritu arritu agguardendu l’ortu e e muntagne piu in su , induve a fumaccia resiste sempre. Ma un sera tantu u sole, a vince. Tandu sera l’ora di mette i scarpi, una vesta per e prime stonde di a spassighjata et po sorte in fattu fine.  A piniccia ti rigalara i lattosi, altro si tu si furtunatu, seranu sprignoli e gallisturzi e si tu ti lampi indè i vecchji giardini, truvarè parachini, bianchi bianchi a mezza erba verde chi ti feranu spirlichjite. Tamanta tranquillità e in listessu tempu un speziu di tristezza chi vedi chi tutta questa belleza è viota e senza umanità. Muri murzicosi si ne fallanu e i castagni so a l’allera. E castagne…rutuleghjanu, piccanu e si lascianu piglià quante ghjuvelli castagnini luccicandu indè i so stuccii mezz’aperti. Ne ruzzichi una a punta di a cultella e coglii l’altre, una piena sporta. Sta sera, arrusteranu nantu a a brusta. Acelli volenu, so petraghjoli, i culombi un so ancu ghjunti. Pare chi indè i tempi, eranu cusi numerosi chi aniulavanu u celu, mascandu u lume di u sole. Tuttu d’un colpu e fucilate di tandu ti parenu ava piu triste. Di quassu, di a cresta, vedi u paese e qualche fumacciole assai scarse chi cullanu in celu. Siluette chi s’affurianu sin’ a u camione di u panateru. U scornu di pane, un pezzu di carne purcina, vicinu a l’oghju ghjacciatu e po fallarè versu e case, guancirossu e l’anima in pace.L’auturnu è una stagio felice per quale sa vede e sente..

 

L’automne..  J’aime bien l’automne en Corse. On dirait qu’après les brûlantes chaleurs et l’invasion estivale, la terre retrouve le repos et son souffle. Mon village est plein d’une petite musique qui reprend le dessus. Celle de la fontaine sur la place et celle du ruisseau qui après les premières pluies coule de nouveau. De temps à autres, un coup de fusil, le bruit des tronçonneuses dans le maquis, le bois qu’on range près de la maison et les premières flambées qui crépitent. La fraîcheur descend le soir des montagnes et même si les journées sont encore splendides, on sent bien que la saison a tourné. Il faut avoir l’esprit peu ouvert pour regretter l’été et sa violence. Couleurs brutales, canicule, bruit de la foule. Les gens délicats, ceux qui aiment profiter des petits instants miraculeux que nous offre la nature préféreront l’automne comme on préfère une femme belle et discrète à une autre plus brillante mais à l’élégance tapageuse.  Tu te lèves le matin, il y a de la buée sur la fenêtre et tu bois ton café debout en regardant le jardin et les montagnes plus loin, où un léger brouillard résiste. Le soleil sera bientôt vainqueur. Il sera alors temps de mettre les chaussures, une veste pour les premiers instants de la promenade et enfin sortir.  La pinède va t’offrir les safranés, ailleurs si tu as de la chance ce seront des cèpes et des girolles et si tu t’éloignes vers les anciens jardins, ce sont les rosés des pré qui tout blancs dans l’herbe vertes te feront comme des clin d’œil. Il y a une grande tranquillité et en même temps une espèce de tristesse car tu vois bien que toute cette beauté est vide d’humanité. Les murs moussus tombent et les châtaigniers sont abandonnés. Les châtaignes….elles roulent, elles piquent et se laissent cueillir comme des bijoux marrons qui luisent dans un écrin entrouvert. Tu en ronges une à la pointe du couteau et tu ramasses les autres, un panier plein. Ce soir, elles rôtiront sur la braise. Quelques pigeons volent, ce sont des petraghjoli, les ramiers ne sont pas encore arrivés. Il paraît que dans le temps, ils étaient si nombreux qu’ils formaient des nuages, masquant la lumière du jour. Les coups de fusil de tout à l’heure te paraissent moins amusants tout à coup. D’en haut, de la crête, tu vois le village et quelques rares fumées qui montent droit dans le ciel. Des silhouettes qui se hâtent vers le camion du boulanger. Un peu de pain, un bout de charcuterie, près de la source glacée et tu redescendras vers les maisons, les joues rouges et l’âme en paix. L’automne est une saison heureuse pour qui sait voir, entendre et sentir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.