Suffixes….

C’est bien joli de raconter des histoires, des contes et autres anecdotes. Mais il n’y a pas que la macagna dans la vie ! Et avec toutes ces digressions, j’ai laissé un tantinet de coté, la partie “ pédagogique ” (osons le mot ) de cet espace. Maintenant, il n’est pas interdit non plus de s’amuser. Il me semble que c’est au demeurant la meilleure manière de progresser. Nous allons essayer en tous cas,

Donc les suffixes. Un suffixe, c’est un petit quelque chose en plus que vous rajoutez à un mot pour créer un mot différent, un adjectif, un adverbe voire un verbe. Premier exemple qui me vient à l’esprit, c’est “ isme ” qui accolé à un adjectif ou pourquoi pas un nom propre, va permettre de décliner toute une série de doctrines politiques du libéral-isme au Marx-isme etc etc (les tirets sont là pour la démonstration bien entendu)

En langue corse, vous retrouverez cette même logique.. un nouveau mot ( manu , la main…manata, la poignée), ou un autre adjectif (estru, le caprice…estrosu, capricieux) et ainsi de suite.

Mais ce qui m’intéresse dans cette affaire et sauf erreur de ma part, c’est une chose qu’on ne retrouve pas ou fort peu en langue française, c’est la suffixation (oui, ça existe) qui permet de marquer le diminutif, l’augmentatif et le péjoratif de manière courante. Et si on le souhaite, d’accentuer l’effet recherché en doublant ou triplant ledit suffixe.

Exemple avant de commencer. En français, vous direz un petit enfant plutôt qu’un enfançon ( rare !) ou un petit garçon plutôt qu’un garçonnet (pas rare mais quasi littéraire). Reprenons donc ce dernier exemple. En corse, vous pourriez dire “ un picculu zitellu ” mais “ zitelletu ” sera bien plus audible. Et oui, l’usage du suffixe en langue corse est naturel. Et où ça devient tout à fait amusant, c’est lorsqu’on se décide à comment dire…affiner en doublant et triplant les suffixes…

Un exemple tout simple que vous allez pouvoir reproduire à partir d’autres mots. Et pour cet exemple, je vous propose de trouver la traduction corse de “ un poussin ”. Pas difficile…. c’est “ un piulu ”.

Comme ce poussin est petit, vraiment petit, et que vous voulez le faire sentir, vous n’allez pas dire “ un picculu piulu ” (dur à prononcer et moche !) mais vous allez rajouter un suffixe “ ellu ” ce qui nous donnera “ un piulellu ” soit le petit poussin. Mais comme ce poussin est en plus mignon, vous allez si je puis dire, rajouter une troisième couche de suffixe avec “ ucciu ”. Et notre mignon petit poussin français deviendra sur l’île “ un piulellucciu ”. Et comme il est vraiment minuscule, on se lance dans un “ ellu ” de plus pour avoir un très très petit et mignon petit poussin soit “ un piulellucciullelu ”. Pour être honnête, je doute que quelqu’un aille aussi loin dans le détail anatomique de ce qui n’est jamais qu’une poule en devenir.

Et ça marche aussi avec l’augmentatif. Un grand-père français devient un babbone corse ( Babbu-one) où l’augmentatif, vous l’avez compris, est dans le “ one ”.

Continuons à nous amuser avec notre poussin. U piulu. Il est plutôt grand. Donc, ça devient…roulements de tambour.. “ un piulone ” mais il reste mignon donc.. “ un piulonucciu ” Euh, c’est là que l’on peut voir tout de même que la démonstration se heurte à quelques réalités anatomiques.

A vous maintenant de jouer après un bref rappel…
Les suffixes diminutifs sont “ ettu /a ” ou “ ellu / a ” (petit/ e), “ ucciu /a ” (très petit et mignon en prime)
Le suffixe augmentatif est donc “ one ”
Le suffixe péjoratif est “ acciu ” (masculin) et “ accia ” (féminin)

A partir de là, je vous propose sans vous donner la solution de me dire comment vous allez faire pour dire d’un enfant qu’il est tout petit et mignon ou d’une dame qu’elle est petite mais mauvaise et vous allez voir que cette déclinaison est non seulement souhaitable dans une approche idiomatique mais très intéressante aussi pour la prononciation.

Et n’oubliez pas.. u troppu stroppia.. ne vous lancez pas dans la traduction de “ un tout tout petit chien très très mignon ”. Dans ces cas là optez pour le réaliste “ cusi bellu questu catellu ! ”

 

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

4 réflexions au sujet de « Suffixes…. »

  1. elevu

    « nord » : zitellellucciu ? donnallaccia ?
    ailleurs : zitiddidducciu ? (o zitiddillucciu ?) donnaddaccia ? (o donnallaccia ?) (??)

    (je ne sais pas si on a le droit de répondre ici ; si ce n’est pas le cas, il suffit de ne pas publier mon commentaire:) )

    Répondre
    1. linguanostra Auteur de l’article

      Aucun problème. Ici c’est parfait. Zitellellucciu me va très bien. Et « donnallaccia » aussi avec une précision ou plutôt deux. On écrit ceci mais on prononce souvent dans le Nord en tous cas « Dunnallaccia » (dounalatcha). Et enfin, c’est quand même un mot (donnacia) à n’utiliser qu’à très bon escient car il signifie « femme de mauvaise vie » donc « prostituée ».

      Répondre
  2. elevu

    ha ha ha !
    Ne serait-ce pas légèrement « vicieux » de profiter de notre incompétence pour nous faire écrire des « gros mots » à notre insu ? 😉
    Peu importe, après tout ; un grand sage a dit « C’est dans la difficulté qu’on apprend! » …

    Répondre
    1. linguanostra Auteur de l’article

      Mon Dieu! Je n’oserai jamais mais je dois avouer à ma plus grande honte que quand nous étions gamins, lorsque que de jeunes touristes nous demandaient de leur apprendre quelques mots de corse, nous leur faisions répéter des horreurs

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.