Archives par étiquette : langue corse

Miraculu natalescu..



A valle chi vi vogliu prisintà è a meia. E bella persa e quelli chi ci ghjunghjenu si so, a maio parte di u tempu, sbagliati di strada. E dino assai inquietante quandu si ne casca a notte e chi l’umbreghju di e muntagne vene annigrisce e piniccie e, capinsu, e fureste di lecce e di castagni diggia belle bughjose da per elle. Ci so parechji paesoli chi parenu suminati d’una parte e di l’altra di u strado a qualchi chilometri l’unu di l’altru..
Per di tuttu, questu locu è statu assai, luntanu di a mudernità e aghju cunisciutu u mo paese senza electricità. Ava, avemu ancu a televisione e u telefonu ma tenimu sempre in mente, i tempi anziani e parechje cose ,smarite altro, so sempre un pocu vive indè mè..

Ma quandu ci pensu, un ci è chi una cosa chi a veramente cambiatu. U locu ava è spupulatu… un ci è piu nimu per parlà di tuttu stu passatu.. Pecatu, chi u ricordu di certe personne pianu pianu si squazza in vece chi a so storia si meritaria di esse conta davanti u fucone, assai dopu ch’elli sianu smariti.

Si chjamava Ghjacintu, ma tutti u cugnumavanu  » a mosca  » dapoi ch’ellu avia fattu comu si dice omu, u so pruverbiu. U megliu è di racuntavi l’affaru chi vo sapissite esattamente quale era. Dunque, un ghjornu chi u sole sciappava e petre, ellu travagliava à l’infora. Ghjacintu era turmentatu da una mosca ch’allitava u sudore. Volava eppo si ponia nantu quellu tintacciu. Ellu, ognitantu lasciava puru cascà a so carica per tumbà u mignocolu ma u so motu u faccia fughje. E durava cusi dapoi una bella stundetta sotta l’occhji alegri di una cumpania a mezz’adrumintata. Tuttu d’un colpu, piu vivu per una volta chi a mosca, Ghjacintu a si piglia e tutti aspettavavanu chi l’inciaccessi ma inno. Ghjacintu ben ‘accuratu li strappava l’ale e lasciendula in terra li face  » ava marchji a pedi quante mè  » E cusi ch’ellu si vede chi gattivu un ‘era e chi s’ellu pinsava micca a l’usu cumunu, un li mancava l’arbitriu.

L’averete capitu, ci era a ghjente per stu cantone e particularmente, una ghuventu assai turbulente e chi pinsava sopra tuttu a trove a macagna di quelle, una chi feria spanzassi i paesani mentre parechji mesi. Vi puderia parlà di l’unu o di l’altru ma l’affaru chi vi vogliu cuntà, ne tuccava trè. Tantu megliu chi a stu ghjocu eranu puru i piu forti. A sapete di quelli capace di fà crede a i furesteri chi di sicuru Nabulio è interratu in Pariggi ma chi u so craniu di zitellu è qui…indè u cemeteriu di u paese ! E di lagnassi chi u merru un faccia nulla per fà cunosce st’eventu quantunque maio per a storia di a Corsica… E l’altri ch’ingullianu questa sumerata di capochja…..

Di u genaru à azzingà un filu a i pedi d’un mortu mentre a veghja per fà move l’anca e fà nasce a u panicu indè i presenti..In fattu fine, pullastri invintivi e maligni chi senza gattivera, s’eranu sceltu a Ghjacintu  » a mosca  » cume sibula di e so burle e altre barzulette. Si chjamavanu Batti, Pasquale e Ghjuvan-Ghjacumu..a casata un si ne parla chi, ci vole a capiscela, so sempre vivi e piuttostu sgio..a chi duttore, a chi circadore..e anc’unu chi face a puliticha per ste Francie…

Omu s’avvicinava di Natale e i ghjorni chi eranu corti e puru freti si terminavanu a lu caffè. Ghjacintu ci passava sempre una bella stonda, u tempu di sciaccassi chjachjarandu duie o tre bicchierii di vinu. Li piacia assai lu vinu ma, u tintu era troppu poveru per pudène beie bonu e abbastanza. Dunque, prima di raghjunghje u so paesolu di Montistrellu, luntanu di u paese di qualch’ettometri, lasciava sempre a cumpania incu a listessa cacciata  » pecatu ch’in funtana un ci corre che acqua, u vinu m’averia fattu pro  » Parlava di a funtana sotta a so casa. Tutti i paesani questa filastrocca, di mente a cuniscianu e  » a mosca  » un n’avia mancu u tempu di compie a so infrasata chi a salla sana a ripigliava in coru e mughjendu.

Per dilla franca Batti, Pasquale e Ghjuvan-Ghjacumu s’ annuiàvanu. Sempre e listesse macagne. Quante cani annasandu, circavanu sempre qualchi scimità da invintà. Cume sta sera qui, Ghjacintu si n’andava quante d’abitudine sotta li mughji di a cumpania, Pasquale era statu mutu. Quandu l’altri l’anu fighjulatu, avia un surrisu tamantu e l’occhji abbagliuliti di quellu chi a trovu a macagna di e macagne..una chi avia da esse stampata ! Ma un di nulla a i so cumparsi. Tropp’a bonora. Bastava, li spiego, chi mentre i quindeci ghjorni chi firmavanu sin’a Natale avianu da ripete a Ghjacintu chi un miraculu natalescu era sempre pussivule, chi Ghjesu avia cambiatu l’acqua in vinu in Canaa e chi, s’ellu prigava assai ribicchinandu parolle magicche, u vinu avia da zirlà di a funtana per Natale.

U lindumane sera, a lu caffè, quante cuspiratore, anu pagatu un bicchieru di vinu sceltu a Ghjacintu e cuminciatu l’operata. U tintu chi era pietosu fu scunvintu facilmente incu l’aiutu di u vinu e turno a casa ripetendu a preghera chi avia da cambià l’acqua in vinu. Chi era sta preghera, nimu un l’a mai sapiutu chi  » a mosca  » a dicia mezavoce. Di sicuru qualchi bestialità imaginata da questi tre diavuletti. E torna a Vignale, tutte e sere, vinu sceltu, preghera e discorsi. U vintiquattru, Batti e Ghjuvan-Ghjacumu un vedianu induve Pasquale li vulià purtà. Un vedianu l’interessu di a storia postu chi  » a mosca  » quandu avia de vede chi a funtana dava sempre acqua, passeria subitu a altra cosa e chi a burla un faria ride a nimu !

Ma Pasquale avia pinsatu a tuttu….  » Sta sera ô cumpa, mentre a messa e dopu mentre a sopracena, Ghjacintu a da beie e sera di sicuru mezzu briacu . Eiu aghju messu a parte una buttarella .di cinquanta litri chi aghju empiutu di vinu di Patrimoniu arrubatu in cantina di Ziu Antone…chi s’ellu a sa mi tomba…aspittemu a mezanotte..Tu, ô Batti colli a a colta..l’aghju diggia cullatu quassu a buttarella…aghju straziatu in veru ma ava ci è. Tutt’è prontu…Taglii subitu l’acqua…Eiu incu Ghjuvan-Ghjacumu ci cansemu indè Ghjacintu, li parlemu di a funtana….quand’ellu sorte per virificà s’ellu ci è statu qualchi miraculu…fiscu duie volte…tandu tocca tè di fà corre u vinu indè u cundottu.. U tempu chi  » a mosca  » ghjunghji a a funtana, ci sera u vinu e allora ô zittè, di stu colpu miraculosu, di i mughji di Ghjacintu si ne parlara omu da qui a deci anni. A macagna di u seculu.

Batti e Ghjuvan-Ghjacumu eranu meravigliati e si so passati a ghjurnata di u vintiquattru a fà u passu e u vene, indè l’unu, indè l’altru, bevendu qui un aperitivu, altro un vinu caldu incu aranciu e limone. A sera eranu cotti e ognunu si dubitava di qualcosa. Si vidia a u so aria ch’elli priparavanu qualchi culpacciu ! A lu caffè, vers’ott’ore, u spartimentu di Ghjacintu fu salutatu da un  » ô a mosca un smintica a to preghera « …Eranu puru trasaltati.

A serata s’era passata indè Ziu Anto a manghjà e a beie sin a mezanotte. Dopu, i tre cumpari s’avianu pigliatu a a strada per cullà in Muntistrellu. Un pocu u cotru, assai lu vinu ch’elli avianu betu, a spassighata fu difficiule…ma..cume previstu, Batti si ne cullo a a colta e i duie altri so andati a pichjà a a porta di Ghjacintu manera di salutalu. U brav’omu era vicinu u caminu e pinciulava, bellu techju dopu u ripastu assai ricu e avvinatu ! U miraculu un s’avia sminticatu ! Fatte e salutazione, Pasquale li face  » allora ô Ghja ! E sta funtana..un si mancu surtitu per vede si un curria lu vinu di Patrimoniu ? « .

U nome di Patrimoniu avia puru discitatu a mosca e era prontu a sorte da virificà . Surtendu, Pasquale fisco duie volte, forte a l’usu di i pastore chi indè i tempi tutti a sapianu fà. U tempu di ghjunghje a a funtana sculisciandu nant’a u cotru, trampaleghjandu, e Ghjacintu li scappa un mughju, ma un mughju da fà trimà li vetri di i purtelli.. » vinu, vinu…Ô a ringrazziati ô Diu…Miraculu…chjamate u prete, inno u vescu chi è un miraculu…a funtana è miraculosa  » Ma, l’avemu detta diggia,  » a mosca  » un era scemu e nanzu di chjamà piuvani e altri frati, s’è dettu chi seria megliu di ghjuvassi di stu rigalu ! E mughjandu sempre, si ne torna in casa per circà e damisgiane !

Pasquale e Ghjuvan-Ghjacumu un si tenianu piu..morti di risa. Si svultulavanu indè a neve, saltavanu quante capretti e u spectaculu di Ghjacintu empiendu e damisgiane cantandu cantichi li campava. A mosca cuntentissima, incu u so vinu si ne fallava sempre arrigraziandu… grazie! grazie tante! grazie mille! grazia à Diu!..ci ne era per tutti..Sant Anto, San Lurenzu e San Pancraziu.

Pasquale dicia a u son amicu ridendu, a mezzu buccheghji  » chi risa, ma u megliu a da vene…quandu s’anu da liticà incu u prete qui ellu un vulera crede a u miraculu…ci a da esse azzuffu in chjesa..  » Ghjuvan-Ghjacumu ridia anch’ellu ma li face  » ô Pasqua’ chi divintara Batti, chi un l’avemu vistu ? A mancatu tuttu..si sera persu..ci vole a cullà da circalu ! « .

Un avianu mancu fattu centu metri indè a cullata chi Batti s’affaco….biancu..biancu quante s’ell’avia vistu u fulettu..  » Ô Batti, chi ai da fà u musu ? « ..  » Alè…parlà chi pari dissanguinatu.. « …Batti barbagliulandu, tandu li face….  » ci è qualcosa chi un va micca, ô zitté…quandu so ghjuntu quassu, aghju subitu tagliatu l’acqua e po mi so messu per aspettà indè a barraca induve ci so i cuntadore….e…avianu accesu un speziu di brasgeru chi un ghjaccessinu quelli cuntadore…u caldu…u vinu..troppu manghjatu…mi so addurmintatu e…un t’aghju entesu fiscà ô Pasqua’.. « .

 » E allora ô Batti..chi voli di « …  » vogliu di chi mi discetu ava…e chi a buttarella è sempre piena chi un l’aghju imbrancata… « …In furia so cullati e anu trovu effetivamente a buttarella piena. Patansciavanu…chi li era vinutu a paura. Chi nuttata anu passatu, straziendu per fallà a buttarella a u so locu in cantina indè Ziu Anto, pensandu a st’offesa chi avianu fattu a u celu…

Peghju fu u lindumane, chi Ghjacintu i si pigliava quante testimone…e elli un pudianu mancu piu parlà. Ellu passava per scioccu ma elli ancu di piu chi eranu d’accordu per di ch’avianu vistu corre u vinu..Mesi dopu, un pudianu entre in caffè senza sente a cumpania chi si ghjucava a risa  » date vinu di a funtana a questi briacone « .Eppo, cume u restu, questa storia s’è persa…

A l’epica era omu fattu e ava so vechju…e per quessa chi a vi contu chi eiu u sicretu u cunoscu. Eiu ch’elli chjamanu sempre Ziu Anto…Chi priparavanu qualcosa a sappia e m’era arrivistu chi u mo nipote s’era fattu un’affacata in cantina.. Un m’a costatu tantu. Cinquanta litri di vinu e a fatiga per purtalu quassu a l’appiatu..a fatiga d’accende u brasgeru chi a sappia chi Batti bellu briacu s’avia da adurmintà..e dopu quandu aghju entesu i fischi so eiu chi aghju fattu corre u vinu miraculosu..Tantu megliu ! Ghjacintu a avutu e a si meritava duie damisgiane di Patrimoniu. E stelle luccicavanu indè i so ochji chi per ellu era da veru un miraculu. Ch’ellu riposi. In Paradisu di sicuru. E per i tre ghjuvanotti, è stata bella a lezzio. Anu amparatu chi ci vulia da macagnà quelli chi si ponu difende. Cinquanta litri di vinu per mette sale in zucca di sta bella ghjuventu, vale u colpu, inno ?

Tempi di una volta…E ava, chi so solu in stu paese viottu mi riscalda u core di pinsà davanti u caminu a queste fole di tempi fa…
PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

On le reconnaît à la marque!

J’ai retrouvé quelques vieux livres. Trois en particulier qui m’ont marqué. Le premier c’est « la renfermée, la Corse » de Marie Susini qui parle avec émotion et justesse de son rapport à l’île. Sensation d’enfermement lorsqu’on y est et tristesse et abandon quand on s’en éloigne.

Le deuxième c’est le fameux « Corse, île de granit » de Dorothy Carrington. Une découverte et un étonnement. Une anglaise qui parle de la mythologie et de l’histoire corse avec un tel talent. Le mazzerisme, Filitosa.  Je lui dois beaucoup.

Et enfin, un chapitre d’un livre de Philippe Meyer « Dans mon pays lui-même » où il évoque son passage dans l’île. Une chose l’a étonné. Une chose vraie que vous pourrez vérifier chaque fois que vous rencontrerez un compatriote pour la première fois. Deux questions. Toujours les mêmes. D’où es tu ? De qui est tu ? Meyer remarque à juste titre, qu’en Corse on est de quelque part et de quelqu’un avant d’être. Il dit qu’il n’y a pas de bête perdue dans l’île.
C’est comme ça qu’une pensée en appelant une autre, j’en suis arrivé à penser à un proverbe.. on le connaît à la marque..si cunosce a u segnu..  proverbe bovin qui renvoie à l’ancienne pratique du brétaudage.

Le bretaudage c’est la pratique qui consiste à couper un animal. Le castrer ou le tondre. Ici, il est question de couper les oreilles du bétail pour pouvoir le reconnaître. Car chacun le sait, les vaches se promènent. Le brétaudage vaut possession et cette possession va à l’ainé des enfants. Aussi, chaque garçon ajoute un signe particulier à la marque originelle.
J’ai retrouvé dans un autre vieux livre quelques unes de ces combinaisons.
Il me semble que ce sujet n’a pas été exploré sur internet alors je vous le propose avec les dessins qui vont bien. Et un petit fichier son pour la prononciation.

fessu                Fessu : fendu par le milieu dans le sens de la longueur

mozzu             Mozzu : sectionné au premier tiers

mozzuet-duie-fette              Mozzu e duie fette : sectionné et fendu une fois

mozzu-et-tre-fette            Mozzu e tre fette : sectionné et fendu deux fois

morsu        Morsu : morsure devant ou derrière pour supprimer un demi cercle

pinciculu         Pinciculu : découpé comme une morsure mais en laissant pendre le morceau presque détaché

scultillatu           Scultillatu : sectionné en biais d’un coup de couteau

spinnulatu       Spinnulatu : fendu par le milieu dans le sens de la longueur comme pour fessu en sectionnant l’une ou l’autre moitié

furcella           Furcella : fourche obtenue en pliant l’extrémité de l’oreille dans le sens de la longueur et en enlevant un morceau en forme de V

tafunatu            Tafunatu : troué vers le milieu

intaglia           Intaglia : entaille sur l’un des deux bords

Je ne crois pas que vous aurez l’occasion de voir des bêtes avec ces marques. Il faudra se contenter des agrafes en métal. Plus efficace mais moins nustrale.. Comme les vaches ne parlent pas, on ne saura jamais la technique qu’elles préfèrent.

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Quelques astuces de prononciation…

Je ne sais pas chez vous mais ici, il pleut. L’occasion rêvée de produire un texte dominical. Nous avons parlé vacances et pêche. Revenons un instant à la langue. L’idée c’est de tester votre prononciation au travers de quelques phrases dont je donnerai le contexte, anecdote ou histoire. L’authenticité de tout ceci n’est pas prouvée. C’est ainsi que ça m’a été raconté. Alors comme disent nos voisin, si non è vero, è ben trovatto.

La première de ces phrases, je la tiens de Jean-Pierre M. qui donnait des cours à « a scola corsa » de Toulon. Excellent locuteur et doté d’une mémoire phénoménale, il était par exemple capable de réciter tout Florian. Son corse était riche et peu de mots lui étaient inconnus. A la sempiternelle question de savoir si le corse n’était que de l’italien, il répondait qu’il fallait alors proposer à votre contradicteur de dire et traduire la phrase suivante :

A ghjacara ghjacareghja a ghjacarina ch’un li ghjove u prisuttu

Elle signifie (ce qui ne veut pas dire grand chose, j’en conviens) que la chienne se plaint à la façon des chiens car le jambon ne lui profite pas. Une petite observation sur « ghjacaru », une autre façon de dire le chien. Ce mot fait sans doute partie de ceux qui attestent de l’existence d’une langue antérieure au latin qui a formé le corse actuel et nous a donné le « cane » plus répandu.

Alors, essayez vous à la prononcer et vérifier avec le fichier son, ce que ça donne de mon coté ( parler du nord, je le rappelle)

Dans le même registre, Jean-Pierre nous racontait que les espions génois se mêlaient sans trop de problèmes à la population. Mais, il y avait un moyen imparable pour les démasquer. Il suffisait de leur montrer un ciste et de leur demander le nom de cette plante… ils répondaient de façon invariable..un mucchiu…car ils ne maîtrisaient pas la triphtongue « chj » si fréquente en langue corse.

Alors voyons si vous auriez passé le test.. et dites la phrase suivante:

U muchju ind’è a machja

Là encore, le fichier son va vous permettre de vérifier si vous êtes dans le vrai.

D’autres particularités ne peuvent que s’expliquer que par des accents locaux. Prenons l’exemple suivant issu du parler du Niolu… traduisez et dites la phrase qui suit : les gens d’Albertacce s’en descendront par la Scala de Santa Regina.

Vérifiez avec le fichier son. Vous observerez que la façon de dire cette phrase n’a pas grand chose à voir avec sa transcription littérale. Si vous avez traduit mot à mot, ce n’est pas grave et votre façon de la dire est correct. Mais… elle ne sera pas idiomatique. Ce qui n’est pas bien grave en soi. Moins en tout cas que de passer pour un espion génois !

Enfin, un dernier test. Dans les temps troublés qu’a connu l’île, une certaine méfiance s’était installée vis à vis de la justice, celle de Gênes d’abord puis celle de la France. Un problème de compréhension bien illustré par l’expression « l’affari so in francese » pour évoquer un sujet compliqué (les affaires sont en français). Et de fatalisme face à une certaine corruption (réelle ou fantasmée) de l’institution comme en atteste cette autres expression « soldi e amicizia torcenu u nasu a a ghjustizia » (les sous et l’amitié tordent le nez à la justice). Donc, on évitait de trop en dire devant le juge. De ce mutisme provient une dernière expression. Celui à qui le magistrat posait une question, répondait « eau dans la bouche, Monsieur le Juge ». Ce qui nous donne en corse « Acqua in bocca ô sgio ghjudice ! » Et oui, si on ne veut pas que l’eau sorte, il faut garder bouche close. Donc, un dernier test. Prononcez cette phrase et vérifiez avec le fichier son. Si vous passez ces épreuves, la prononciation des triphtongues n’est pas un problème pour vous !

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Suffixes….

C’est bien joli de raconter des histoires, des contes et autres anecdotes. Mais il n’y a pas que la macagna dans la vie ! Et avec toutes ces digressions, j’ai laissé un tantinet de coté, la partie “ pédagogique ” (osons le mot ) de cet espace. Maintenant, il n’est pas interdit non plus de s’amuser. Il me semble que c’est au demeurant la meilleure manière de progresser. Nous allons essayer en tous cas,

Donc les suffixes. Un suffixe, c’est un petit quelque chose en plus que vous rajoutez à un mot pour créer un mot différent, un adjectif, un adverbe voire un verbe. Premier exemple qui me vient à l’esprit, c’est “ isme ” qui accolé à un adjectif ou pourquoi pas un nom propre, va permettre de décliner toute une série de doctrines politiques du libéral-isme au Marx-isme etc etc (les tirets sont là pour la démonstration bien entendu)

En langue corse, vous retrouverez cette même logique.. un nouveau mot ( manu , la main…manata, la poignée), ou un autre adjectif (estru, le caprice…estrosu, capricieux) et ainsi de suite.

Mais ce qui m’intéresse dans cette affaire et sauf erreur de ma part, c’est une chose qu’on ne retrouve pas ou fort peu en langue française, c’est la suffixation (oui, ça existe) qui permet de marquer le diminutif, l’augmentatif et le péjoratif de manière courante. Et si on le souhaite, d’accentuer l’effet recherché en doublant ou triplant ledit suffixe.

Exemple avant de commencer. En français, vous direz un petit enfant plutôt qu’un enfançon ( rare !) ou un petit garçon plutôt qu’un garçonnet (pas rare mais quasi littéraire). Reprenons donc ce dernier exemple. En corse, vous pourriez dire “ un picculu zitellu ” mais “ zitelletu ” sera bien plus audible. Et oui, l’usage du suffixe en langue corse est naturel. Et où ça devient tout à fait amusant, c’est lorsqu’on se décide à comment dire…affiner en doublant et triplant les suffixes…

Un exemple tout simple que vous allez pouvoir reproduire à partir d’autres mots. Et pour cet exemple, je vous propose de trouver la traduction corse de “ un poussin ”. Pas difficile…. c’est “ un piulu ”.

Comme ce poussin est petit, vraiment petit, et que vous voulez le faire sentir, vous n’allez pas dire “ un picculu piulu ” (dur à prononcer et moche !) mais vous allez rajouter un suffixe “ ellu ” ce qui nous donnera “ un piulellu ” soit le petit poussin. Mais comme ce poussin est en plus mignon, vous allez si je puis dire, rajouter une troisième couche de suffixe avec “ ucciu ”. Et notre mignon petit poussin français deviendra sur l’île “ un piulellucciu ”. Et comme il est vraiment minuscule, on se lance dans un “ ellu ” de plus pour avoir un très très petit et mignon petit poussin soit “ un piulellucciullelu ”. Pour être honnête, je doute que quelqu’un aille aussi loin dans le détail anatomique de ce qui n’est jamais qu’une poule en devenir.

Et ça marche aussi avec l’augmentatif. Un grand-père français devient un babbone corse ( Babbu-one) où l’augmentatif, vous l’avez compris, est dans le “ one ”.

Continuons à nous amuser avec notre poussin. U piulu. Il est plutôt grand. Donc, ça devient…roulements de tambour.. “ un piulone ” mais il reste mignon donc.. “ un piulonucciu ” Euh, c’est là que l’on peut voir tout de même que la démonstration se heurte à quelques réalités anatomiques.

A vous maintenant de jouer après un bref rappel…
Les suffixes diminutifs sont “ ettu /a ” ou “ ellu / a ” (petit/ e), “ ucciu /a ” (très petit et mignon en prime)
Le suffixe augmentatif est donc “ one ”
Le suffixe péjoratif est “ acciu ” (masculin) et “ accia ” (féminin)

A partir de là, je vous propose sans vous donner la solution de me dire comment vous allez faire pour dire d’un enfant qu’il est tout petit et mignon ou d’une dame qu’elle est petite mais mauvaise et vous allez voir que cette déclinaison est non seulement souhaitable dans une approche idiomatique mais très intéressante aussi pour la prononciation.

Et n’oubliez pas.. u troppu stroppia.. ne vous lancez pas dans la traduction de “ un tout tout petit chien très très mignon ”. Dans ces cas là optez pour le réaliste “ cusi bellu questu catellu ! ”

 

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Fà mottu..ou bonjour..à vous de voir

Il y a bien longtemps, j’ai été le stagiaire  très intéressé d’une formation dédié à la gestion du conflit en particulier et à la communication en général. Le conférencier avait alors insisté sur l’importance du premier contact et sur le « bonjour » qui, assorti d’un large sourire, était la garantie d’un échange harmonieux au moins au début. Ce même conférencier fut quelque peu surpris lorsque j’entrepris de lui expliquer que par chez moi, on se passait fort bien de ce « bonjour » dont il était l’ardent prosélyte

.bardiana

Mettons tout de suite les choses au point. Si vous dites « bonghjornu » ou encore « salute » en entrant dans le bistrot du village, vous n’aurez commis aucune faute de goût et à tout prendre, c’est bien mieux que de ne rien dire du tout et passer pour un mufle. « Bonghjornu » correspond bien au salut du matin et n’est en rien hérétique. « Salute » me dérange davantage car ce mot signifie santé.. Si vous tenez à saluer la confrérie, utilisez la prononciation adéquate  à savoir «  salutu ». On ne vous voudra pas de toutes façons. Une fois de plus, c’est mieux que rien.

Non, ce dont je veux vous entretenir aujourd’hui, c’est de la manière « nustrale » (de par chez nous, si vous préférez) de saluer un voisin, un villageois ou un parfait inconnu avec qui on veut se montrer courtois.  Ci vole da fà mottu.. il faut faire un signe. Mottu, que voilà un mot intéressant. Il est tout plein de sens. L’excellent site ADECEC les livre tous.. « .. salut, salutation; mot, bon mot, façons, manières, mamours; signe, mouvement.. ». Fà mottu, c’est faire un signe qui est un témoignage de civilité à l’endroit d’une personne qu’il convient de saluer.

Un signe ! Et pas une parole. En pratique, ça donne quoi ? Vous croisez de bon matin, un quelconque voisin qui s’en rentre du jardin. Un petit signe de la tête accompagné d’un « euh » sonore et accentué. Il vous répond de la même manière par un autre « euh » voire un « eh » modulé. Et chacun poursuit sa route en ayant témoigné, confer ci-dessus, d’une courtoisie exquise. Avete fattu mottu e a rispostu.. vous avez fait un signe et il y a été répondu.

La politesse a été de mise dans cet échange ce qui est l’essentiel mais cela va encore plus loin. Car ledit échange bref mais courtois laisse en définitive, toute latitude d’engager la conversation à celui à qui le « euh » est adressé. Et oui..Vous dites « euh » au voisin.. il répond « eh » et il poursuit sa route. Parfait, un salut mutuel et comme il n’avait ni le temps, ni l’envie de discourir, il s’en est allé. Maintenant, imaginons que votre interlocuteur ait un peu de temps devant lui. Vous lui dites « euh », il vous répond « eh » mais il rajoute un petit quelque chose du style « cumu va ? » (comment ça va ?) ou «  a chi simu ? » (qu’est ce qu’on devient » ou un peu ce qu’il veut. Et là, on discute. Pratique non ? Et plutôt respectueux.

C’est pour ça, que  dans nos villages où il peut y avoir de temps à autres (si peu…si peu…) quelques fâcheries, bouderies et autres chicanes, vous n’entendrez pas quelqu’un se plaindre de la grossièreté d’un tiers en disant «  un m’a mancu dettu bonghjornu » (il ne m’a même pas dit bonjour ) mais plutôt « un m’a mancu fattu mottu » (il ne m’a même pas fait un signe).

Bon, à vrai dire, vous entendrez les deux car les traditions se perdent. Alors, comme souvent sur ces billets où il est question de prononciation, d’expression et de langage…fate cum’ella vi pare. Faites comme bon vous semble mais avant tout soyez poli !

candela

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Lien

Bardiana ou Barghjana…intricciata ou pas?

Un petit billet qui présentera l’intérêt, du moins à mes yeux, d’avoir un coté transverse. Ah, pardon, je ne suis pas au bureau. Par transverse, je souhaitais juste signaler qu’il touche aux trois sujets dont traite mon blog. La langue corse, la région du Filosorma et son histoire.
L’idée de départ c’est d’en finir avec cette manie d’écrire le nom de mon village avec une triphtongue.. Barghjana. Alors, une fois pour toutes, c’est Bardiana et je le prouve. Enfin, j’essaie.
L’histoire tout d’abord. Je crois avoir déjà écrit, que ce village a été fondé par notre aïeul. Mais je ne suis pas certain d’avoir donné tous les détails de l’affaire. Et si je l’ai fait sans m’en souvenir, tant pis. Ca donnera raison à ceux qui pensent que je radote autant à l’oral qu’à l’écrit.
Or donc, il y a bien longtemps, dans la seconde moitié du 19ème siècle, ledit aïeul était berger et occupait à cette fin, une grotte dans la vallée de Bocca Bianca.

boccabianca

Un soir, il a vu arriver deux bandits. Des malandrins, des coupe-jarret, des voyous de la plus belle eau qui voulaient gîte et couvert. Il a accepté bien entendu. L’histoire retient volontiers les bandits d’honneur (concept sur lequel il y aurait beaucoup à dire) mais le maquis était surtout peuplé de canailles dont il n’y avait rien de bon à attendre. Pour faire bref, nous allons dire que les malfaiteurs avaient l’intention de tuer le grand-père dès qu’il dormirait mais que celui-ci avait compris leurs intentions. Il a attendu qu’ils s’endorment et les a occis tous les deux sans autre forme de procès. Les gredins étaient recherchés. Et en guise de récompense, l’aïeul s’est vu accorder une charge de garde des Eaux et Forêts. Après, un bref séjour dans la vallée d’Ascu, il est revenu s’établir dans le Filosorma où il a construit la première maison du lieu..la maison du garde..a casa bardiana. D’où le nom du village !
Parce que voyez-vous, et vous pourrez le vérifier dans l’excellent dictionnaire corse-français de Mathieu Ceccaldi qui fait référence dans nos pieve, garder se dit et s’écrit « bardà » et le garde « u bardia »..prononcer « ou wardia ».  En aucun cas, cette triphtongue « ghj » mise là pour rendre la prononciation.
A la rigueur, on aurait pu retenir « guardianu » ou « vardianu » comme le propose le nom moins excellent site de l’ADECEC mais ça ne restitue pas le « b » que nous entendons de façon distincte lorsque les niolains et Filosorminchi, parlent du hameau.
Tout ça pour dire, que la langue corse qui était de tradition orale a commencé à être codifiée relativement tard. Au 19ème siècle sans doute. L’idée était retrouver à l’écrit, les tournures parlées avec ces fameuses  trinaires ou intricciate (lettres intriquées ou composées ou emmêlées). Or, si leur utilité est évidente dans certains cas en début de mot notamment (comment écrire « chjamà » pour rendre le « tjia » ?) elle peut rendre inutilement complexe l’écriture de mots comme le « bardiana » dont nous parlons aujourd’hui.
Bref et pour conclure, il semblerait que cette affaire de triphtongues a pu déclencher en son temps, des débats animés. Je m’en voudrais de souffler sur des braises sans doute mal éteintes. Alors, en définitive, fatela cum’ella vi pare… faites comme vous voulez.

blog1

Merci à la belette agile pour ses photos

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Lien

Ces textes ont été initialement publiés dans l’excellent site http://www.la-rando.com/

Capicursura Auturnu in Corsica, mi piace assai. Pare chi dopu tempi di calmana e invasione estivu, a terra trovi torna u riposu e si rifiati. U mo paese è pienu d’una musichella chi ava supraneghja. Quella di a funtana nantu a a piazza et dino quella di u vergalu chi ava chi è piossu, corre torna. Ognitantu, una fucilata, u rimore indè a machja di quelli lignaghjoli chi arruchjanu, u legnu chi omu accatasta vicinu a a casa e, e prime ceppate sciuppintendu. U frescu si ne falla a sera da e muntagne e ben chi e ghjurnate sianu sempre splendide, omu a sente chi si ne fughje a stagio. Ci vole a esse un cerbellu ottusu per lagnà l’istate e a so viulenza. Culori bruttale, sciappittana, rimore di a ghjente. Quelli chi so omi dilicati, di a sterpa chi li ghjove quelle stondette miraculose rigalate da a natura, quessi si sceglieranu l’auturnu quante omu sceglie una dona bella e discreta in vece di un ‘altra, forse piu splendida ma vidicula.  T’arrizzi a mane, so appannati i vetri, e bevi u to caffè arritu arritu agguardendu l’ortu e e muntagne piu in su , induve a fumaccia resiste sempre. Ma un sera tantu u sole, a vince. Tandu sera l’ora di mette i scarpi, una vesta per e prime stonde di a spassighjata et po sorte in fattu fine.  A piniccia ti rigalara i lattosi, altro si tu si furtunatu, seranu sprignoli e gallisturzi e si tu ti lampi indè i vecchji giardini, truvarè parachini, bianchi bianchi a mezza erba verde chi ti feranu spirlichjite. Tamanta tranquillità e in listessu tempu un speziu di tristezza chi vedi chi tutta questa belleza è viota e senza umanità. Muri murzicosi si ne fallanu e i castagni so a l’allera. E castagne…rutuleghjanu, piccanu e si lascianu piglià quante ghjuvelli castagnini luccicandu indè i so stuccii mezz’aperti. Ne ruzzichi una a punta di a cultella e coglii l’altre, una piena sporta. Sta sera, arrusteranu nantu a a brusta. Acelli volenu, so petraghjoli, i culombi un so ancu ghjunti. Pare chi indè i tempi, eranu cusi numerosi chi aniulavanu u celu, mascandu u lume di u sole. Tuttu d’un colpu e fucilate di tandu ti parenu ava piu triste. Di quassu, di a cresta, vedi u paese e qualche fumacciole assai scarse chi cullanu in celu. Siluette chi s’affurianu sin’ a u camione di u panateru. U scornu di pane, un pezzu di carne purcina, vicinu a l’oghju ghjacciatu e po fallarè versu e case, guancirossu e l’anima in pace.L’auturnu è una stagio felice per quale sa vede e sente..

 

L’automne..  J’aime bien l’automne en Corse. On dirait qu’après les brûlantes chaleurs et l’invasion estivale, la terre retrouve le repos et son souffle. Mon village est plein d’une petite musique qui reprend le dessus. Celle de la fontaine sur la place et celle du ruisseau qui après les premières pluies coule de nouveau. De temps à autres, un coup de fusil, le bruit des tronçonneuses dans le maquis, le bois qu’on range près de la maison et les premières flambées qui crépitent. La fraîcheur descend le soir des montagnes et même si les journées sont encore splendides, on sent bien que la saison a tourné. Il faut avoir l’esprit peu ouvert pour regretter l’été et sa violence. Couleurs brutales, canicule, bruit de la foule. Les gens délicats, ceux qui aiment profiter des petits instants miraculeux que nous offre la nature préféreront l’automne comme on préfère une femme belle et discrète à une autre plus brillante mais à l’élégance tapageuse.  Tu te lèves le matin, il y a de la buée sur la fenêtre et tu bois ton café debout en regardant le jardin et les montagnes plus loin, où un léger brouillard résiste. Le soleil sera bientôt vainqueur. Il sera alors temps de mettre les chaussures, une veste pour les premiers instants de la promenade et enfin sortir.  La pinède va t’offrir les safranés, ailleurs si tu as de la chance ce seront des cèpes et des girolles et si tu t’éloignes vers les anciens jardins, ce sont les rosés des pré qui tout blancs dans l’herbe vertes te feront comme des clin d’œil. Il y a une grande tranquillité et en même temps une espèce de tristesse car tu vois bien que toute cette beauté est vide d’humanité. Les murs moussus tombent et les châtaigniers sont abandonnés. Les châtaignes….elles roulent, elles piquent et se laissent cueillir comme des bijoux marrons qui luisent dans un écrin entrouvert. Tu en ronges une à la pointe du couteau et tu ramasses les autres, un panier plein. Ce soir, elles rôtiront sur la braise. Quelques pigeons volent, ce sont des petraghjoli, les ramiers ne sont pas encore arrivés. Il paraît que dans le temps, ils étaient si nombreux qu’ils formaient des nuages, masquant la lumière du jour. Les coups de fusil de tout à l’heure te paraissent moins amusants tout à coup. D’en haut, de la crête, tu vois le village et quelques rares fumées qui montent droit dans le ciel. Des silhouettes qui se hâtent vers le camion du boulanger. Un peu de pain, un bout de charcuterie, près de la source glacée et tu redescendras vers les maisons, les joues rouges et l’âme en paix. L’automne est une saison heureuse pour qui sait voir, entendre et sentir.

Une importante rencontre.

C’était au début de l’été 1977. Je ne me souviens plus du nom du bateau qui assurait cette nuit là, la liaison entre Toulon et Bastia mais je sais que j’étais en quatrième classe. Le pont avec des chaises longues en guise de couchettes. Mais peu importait le confort. Partir au village pour deux longs mois de vacances, valait bien une nuit blanche.

Au milieu du pont, je me suis trouvé installé tout proche de quelques jeunes gens qui n’ont pas tardé à sortir les guitares et à chanter en langue corse. Et ils chantaient et jouaient fort bien. Autour d’eux, une assemblée n’a pas tardé à se former. Des touristes pour la plupart et de mémoire, beaucoup d’allemands qui applaudissaient.

Le groupe m’a vite semblé agacé par ce succès et, peut-être que je me trompe, par le fait que leur public n’était pas celui qu’il désirait. Ils ont rangé les guitares.

Je suis allé sur le pont où j’ai entamé la conversation avec un homme plus âgé qui accompagnait les chanteurs et musiciens. Il m’a demandé d’où je venais, où j’allais et di quale era..de qui j’étais.. les traditionnelles questions lorsque deux insulaires se rencontrent. Puis, il a souhaité savoir si je parlais le corse. Je lui ai répondu que je le comprenais mais que je n’osais pas le parler car tout le monde se moquait de mon accent. Ahè, seria megliu di parlà in francese chi di struppià u corsu.. Il m’a avec beaucoup de gentillesse, et ce pendant toute la traversée, expliqué que les erreurs importaient peu. Que la langue ne devait pas mourir et qu’il fallait que je persévère en oubliant les moqueries. Une nuit entière au bastingage à parler corse, à écouter les explications de cet homme rejoint par son fils, à comprendre grâce à lui, que j’étais à ma façon un passeur de mémoire. Je lui ai dit au-revoir au matin en arrivant à Bastia sans savoir qui il était.

Ce n’est que bien plus tard, en lisant une nécrologie dans le journal, que j’ai découvert que mon compagnon de voyage était Jules Bernardini, poète et chanteur de Tagliu-Isolaccia et père de Ghjuvan-Francescu et Alanu Bernardini.. I Muvrini.. Ils ont bien changé (et tant mieux!) car ils chantent désormais pour tout le monde en se faisant les magnifiques ambassadeurs de notre langue

. Ghjuliu Bernadini in memoria..

M. Jules Bernardini, je ne l’ai jamais oublié. La preuve.. 36 ans plus tard, je luis dédie mon premier article. Il m’a montré l’importance de maintenir la langue et donné l’envie et le courage de progresser sans gêne ou honte.  A ringraziavi.

 
Ghjuliu Bernadini in memoria..