Archives par étiquette : l’impristtaticci

Impristaticci

Torna quist’annu, a fine di marzu sera stata cattiva ! Vuleriamu lascià l’inguernu daret’a noi, ma ellu s’azzinga quante una zecca a un cane. L’affaru un a nulla a chi vede incu a « meteo ».
Inno, a verita si a vulete circà si trova in Filosorma (comu a spessu diceraghju !). Ma micca indè u Filosorma d’ava incu i so tre paesoli. Inno, in Filosorma di nanzu, parechji anni fa… Forse, ci eranu case e mulini vicinu a u fiume ind’u Mansu o Montestremu. Ma, cio chi cambia si omu paragona a i tempi d’oghje, è chi, a muntagna era populata.
A sapete chi a u locu dettu « e force » s’aprenu duie valle. A diritta, a Cavichja e a manca, Bocca Bianca. Tandu, u Filosorma e quessa a sapete dino, era a terra di i pastore niulinchi chi impiaghjavanu incu e so capre o e so pecure.
In Niolu, facia troppu fretu e un ci era micca abbastanza da manghjà per l’omi e l’animali. A chi stava in Marsulinu o versu Galeria e altri chi avianu u so rughjone in Bocca Bianca. Per quelli chi collanu quassu (fate casu ô zittè a i pruni bianchi !), si vede sempre e ruvine di e mandrie.
Ma un vogliu micca di chi a vita era faciule in Filosorma per sti mesi invernale. Facia dino u fretu e quandu ci era tempurale, suffrianu capraghji e pecuraghji.
Dunque, tempi d’una volta.. ci era un pastore chi era puru cuntentu chi l’invernu s’era passatu a pocu pressu bè. Neve di sicuru, acqua cume a u solitu ma un n’avia persu nulla mancu una capra e nostr’omu vidia Marzu finisce e Aprile chi s’affacava. E incu Aprile, fini guai e pinseri !
In vece di sta zittu, cuntentu ma zittu, u pastore e surtitu per prufittà di i primi ragii di sole veranincu, e quante s’ellu era imbriagu, a cuminciatu da fà u scemu, pigliandu in burla, u mese di Marzu !
U pasturellu dicia capatoghji cusi « Ô Marzu se leccu, ava u cattivu tempu è finitu…aghju da sorte u pecuraghju..u podi piu fà nulla chi un ti resta piu chi un ghjornu ..Marzu catarzu , figliolu di Tagnone, si vale più u mio agnellu cà di tè u to muntone. »..In fattu fine ghjastemava u mese di Marzu chi, ellu, u sentia e un n’era cuntentu! Marzu è frighjulosu, ognunu a sa.. Allora Marzu a dumandatu a Aprile u so fratellu di veranu qualcosa.. » aprile, gentile aprile.. imprestami duie o tre di, incu unu chi aghju, faraghju pente u falsu pecuraghju.. » (di mente chi ci è un pezzu chi un l’aghju entesa questa poesia)

Aprile è statu d’accunsentu e a impresttatu i so primi ghjorni a u so cumpare. E allora, Marzu a fattu vene u tempurale, ventu, acqua, tonu e zaette!! U tintu pastore a pruvatu di parà e so pecure ma un a pussutu fà nulla! A fiumara s’a pigliatu pecure e muntone e un li è firmatu nulla. E statu ruvinatu per avè macagnatu u sgio Marzu! Dapoi questu tempu, quandu i primi ghjorni d’Aprile so cattivi, omu si parla d’impristaticci per sti lochi maravigliosi di u valle di Filosorma! E altro ! !

PS.. le blog que vous parcourez, fait partie d’un site dédié à l’apprentissage de la langue corse. Si vous voulez le découvrir, cliquez sur l’image ci-dessous…

Les jours prêtés…l’impristtaticci

Cet article a été publié pour la première fois sur l’excellent site http://www.la-rando.com/

Il en va des rédacteurs de blog comme des marmottes. Ils ne s’activent vraiment que lorsque ils sentent à des menus détails que l’hiver s’achève. Bien entendu, je vous parle de lieux proches du sud où, après les mimosas, les amandiers fleurissent juste avant les arbres de Judée. Ce qui passe en Septentrion m’est étranger et pourvu que ça dure. Les balades du dimanche reprennent et le randonneur peut allonger le parcours sans crainte d’être surpris par la nuit et les loups puisqu’il fait encore jour aux Vêpres.

Pour autant, il faut éviter de se réjouir trop vite à la manière du piteux berger du Filosorma dont je m’en vais vous narrer l’histoire en langue vernaculaire avant que de vous la traduire en véhiculaire puisque j’ai l’avantage de parler et d’écrire les deux.

Tempi di una volta, ci era un pastore in Filosorma. Un tipu era contentu chi l’invernu si n’andava. Ma soca ch’ellu era troppu cuntentu. Era sortitu di a so casuccia e s’era pigliatu in burla u mesu di Marzu. U pasturellu dicia capatoghji cusi « Ô Marzu se leccu, ava u cattivu tempu è finitu…aghju da sorte u pecuraghju..u podi piu fà nulla chi un ti resta piu chi un ghjornu »..In fattu fine ghjastemava u mese di Marzu chi, ellu, u sentia e un n’era cuntentu! Marzu è frighjulosu, ognunu a sa.. Allora Marzu a dumandatu a Aprile u so fratellu di veranu qualcosa..  » aprile, gentile aprile.. imprestami duie o tre di, incu unu chi aghju, faraghju pente u falsu pecuraghju.. »

(di mente chi ci è un pezzu chi un l’aghju entesa questa poesia) Aprile è statu d’accunsentu e a impresttatu i so primi ghjorni a u so amicu. E allora, Marzu a fattu vene u tempurale, ventu, acqua, tonu e zaette!! U tintu pastore a pruvatu di parà e so pecure ma un a pussutu fà nulla! A fiumara s’a pigliatu pecure e muntone e un li è firmatu nulla. E statu ruinatu per avè macagnatu u sgio Marzu! Dipoi questu tempu, quandu i primi ghjorni d’Aprile so cattivi, omu si parla d’impristtaticci per sti lochi maravigliosi di u valle di Filosorma!

Il était une fois, dans la vallée du Filosorma, un berger. Le type était content car l’hiver s’en allait. Mais, sans doute, était-il trop content ! Il était sorti de sa masure et avait décidé de se moquer du mois de mars. Le berger disait des petites choses assez ironiques  » Mars, tu es fichu, le mauvais temps est fini ..je vais sortir le troupeau de brebis et tu ne pourras rien faire de plus car il ne te reste plus qu’un jour..  » En fait, il insultait le mois de Mars, qui en l’entendant était rien moins que content. Mars est susceptible, tout le monde le sait.

Alors, il a fait appel à Avril, son frère du printemps pour lui demander quelque chose..

 » ..Avril, gentil avril,

prête moi deux ou trois jours,

avec celui que j’ai

je ferai se repentir ce berger hypocrite..  »

Avril n’ayant à refuser à Mars qui était un ami lui a alors prêté ses premiers jours.

Alors, Mars a fait venir l’orage, le vent, la pluie, le tonnerre et la foudre.

Le malheureux berger a eu beau essayer de protéger ses bêtes mais il n’y avait rien à faire. La crue a emporté les brebis, les moutons et il ne lui est rien resté. Il a été ruiné pour s’être moqué de monsieur Mars !

Depuis ce temps, quand les premiers jours d’avril sont méchants, on parle des  » jours prêtés  » l’impristtaticci (prononcer limepristaditchi..si vous y arrivez), dans ces lieux merveilleux de la vallée du Filosorma.

Et voilà pourquoi là-bas comme à l’endroit où vous vous trouvez, on évite de se plaindre lorsque le début du printemps est tout moisi. C’est la faute d’un berger qui avait oublié qu’il ne faut pas se moquer de l’hiver. Alors, même si le ciel est bleu, prenez quand même la polaire et la cape de pluie. Ca peut toujours servir.