Archives par étiquette : mauvais oeil

Mal’ochju..le mauvais oeil et comment s’en débarassaer

Filosorma et mal’ochju (rédigé par « a zinzala » )

   Article initialement publié dans l’excellent site de la Rando (

Au Filosorma comme dans le Poitou, j’imagine, le fait d’être bien de sa personne, d’une intelligence reconnue et doté d’un sens de l’humour dévastateur, doit rendre votre entourage envieux. L’envie. Ce sentiment inavouable qui nourrit celui qui en souffre de l’amère conviction qu’il ne pourra jamais égaler celui auquel il se compare. Vous ignorez parfois cette franche hostilité qui se dissimule souvent sous une attitude de neutralité hypocrite voire même de bienveillance exagérée. Et paf, le mal de tête. Parfois, même sans qu’il soit question d’envie, la franche admiration qu’on vous porte, ces éloges sur votre santé, votre beauté, ont le même effet. Mal de tête ! Les éloges et les compliments peuvent en effet cacher une jalousie secrète, inconsciente et attirer sur vous…roulement de tambours.. l’ochju… le mauvais œil. J’ai beaucoup souffert de ces maux de tête. Vraiment. C’est comme ça. La nature vous dote mais il y a toujours un prix à payer. Cependant, il existe des parades !

L’ochju, le mauvais œil, se traite de façon préventive, c’est l’idéal ou curative quand on ne peut faire autrement. Il faut alors l’intervention d’un tiers dûment formé à l’exercice. Nous y viendrons. La prévention tout d’abord. Il peut être envisagé de mettre une belle de torgnoles, duie calzotti, à celui ou celle qui vous complimente sur votre bonne mine. C’est ennuyeux d’un point de vue social et parfois périlleux si votre admirateur a le profil d’un troll . Non, vraiment je déconseille. Vous allez y perdre tous vos amis. Le plus simple dans ce cas là, est de faire les cornes avec les doigts.. geste à effectuer dans le dos bien entendu pour ne pas froisser. Le geste des satanistes si vous voyez ce que je veux dire. Là aussi soyez discret ! Mais ceci ne règle pas, j’en convien, le problème du sournois qui vous jette le mauvais œil dans l’ombre. Il existe à ce propos des protections magiques, scapulaires contenant du sel, du corail voire des fragments de cierge bénit. Efficace mais peu seyant, je le concède. Mais il faut payer le prix pour ne pas être anuchjé…envoûté..

Malgré tous ces efforts, ces grigris et cette vigilance, il est à craindre que l’ochju passe. Il faut alors être en mesure d’en connaître les manifestations. Maux de tête violents, fièvre, nausée, lassitude sans qu’on puisse rattacher le tout à une cause réelle. Le mauvais œil n’a rien à avoir avec une sinusite ou un syndrome grippal ! Bref, vous voilà bien embêté. La faculté parle d’hypocondrie, de somatisation et ça vous fait une belle jambe. Il faut passer à la phase curative.

La signatora est alors votre amie. C’est le plus souvent une femme même si un homme a pu être initié. La signadora connaît les prières et les techniques associés pour vous débarrasser de l’annuchjatura. u mal’ochju ou a mazzulata. Autant de mots pour autant de régions pour désigner le mauvais œil. Ah, ces prières se transmettent uniquement par les femmes et pendant la nuit de Noël. L’homme peut donc pratiquer mais il ne pourra enseigner ce qu’il a appris.

Le traitement du mauvais œil ne relève pas d’un procédé unique. Il peut se traduire par le geste (apposition des mains, tracé de croix sur certaines parties du corps) toujours accompagné de prières. La magie réside dans la prière. Blanche la magie, attention! Ce n’est pas du vaudou.

La signatora prend alors  » l’ochju  » sur elle. En général, si ce transfert a fonctionné, elle baille de façon répétée. Parfois elle pleure. La guérisseuse peut aussi utiliser du matériel. En pratique, ça se résume à une assiette, de l’eau et de l’huile. Après les prières, la signatora observe le comportement de l’huile qu’elle a mise dans l’eau. Gouttes rondes, pas de maléfice. Gouttes bien étalés, l’ochju était présent. Et ce qu’il y a de bien dans cette affaire, c’est que le diagnostic est aussi le remède. A peine, le mauvais œil est-il décelé, qu’il disparaît et avec lui les symptômes grippaux. L’occhju è rottu..l’œil est brisé.

Alors, je vous imagine en train de vous demander si je suis bien sérieux. Il m’incombe donc de vous préciser que, tout libre penseur que je suis et parfait mécréant, j’ai pu voir à maintes reprises que tout ceci fonctionnait. Et au risque d’apparaître comme un schizophrène, il faut aussi que je vous dise que j’ai pratiqué. Avec succès. A défaut de comprendre les évènements, je concilie mon matérialisme avec tout ceci, en me disant qu’il doit bien y avoir une explication métabolique.

Sinon, on pourrait envisager et je sais que ça vous passionnerait, de diffuser les textes des prières. Bonne idée ! Et bien non. D’abord ce n’est pas Noël et puis ça ne se fait pas. Si vous avez le mal de tête, consultez un otorhino et si ça ne passe pas, faites un saut en Filosorma où il se trouvera bien quelqu’un pour vous rendre service. NDLR: l’introduction est bien entendu à prendre au second degré quoique